février 18, 2012

Rupture de stock

Timbre fiscal français émis en 1881

Objectif la semaine dernière : renouveler mon passeport. Une petite requête sur google « renouvellement passeport france » ramène plus d’un million de résultats, c’est pas gagné. Après avoir passé tous les sites pseudo service-public qui embrouillent plus qu’autre chose, je tombe après quelque raffinement sur le prometteur http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/vos_demarches/passeport-biometrique.

Je dois dire que le « à votre service » est tout de même très encourageant.Je m’y engage.

Arrivé sur place, le document a été mis à jour le 08/10/2010 à 14:57, mais comme cette mise à jour est signalée et que je suis sur un site plutôt officiel, j’ai assez confiance. De fait, je passe sur http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/vos_demarches/passeport-biometrique/passeport-majeur (c’est mon cas) mis à jour le 05/10/2011 à 14:11, et je note bien ceci : « Si les photos sont réalisées en mairie grâce à une station d’acquisition de demande de passeport, le tarif est de 89 EUR. » (EUR, c’est euros, pour ceux qui viennent de rendre leurs derniers billets en francs. Sachez d’ailleurs qu’ils vont servir à acheter des claviers avec le symbole €).

Après un détour à la trésorerie (pour être bien sûr d’avoir des gens qui savent à quoi vont servir les timbres fiscaux), j’arrive armé de mes 89€ en TF et des divers documents, y compris mon formulaire de demande pré-rempli, ce qui me vaudra de la part de la personne qui me reçoit un « oh, il a fait sa demande sur internet, celui-là » (elle parle à sa voisine).

Et là, surprise, alors que j’étais placé devant un portique de flashes et visé par un appareil photo flambant neuf, je m’entends dire : « mais, vous n’avez pas vos photos ? ». Je m’étonne, j’explique les 89€, le site du ministère, le fait que je suis venu avec tous mes papiers, et en plus j’ai mon visage sur moi, donc clic clac ça devrait être plié. « Non, mon bon monsieur, c’est interdit depuis le 1er janvier, ils l’ont dit à la radio, vous n’étiez pas au courant ? ». Ben si, c’est même pour ça que je vous fais suer. Mais bien sûr que non, et à la trésorerie non plus, et c’est pas la peine de me dire que la préfecture vous renvoie tous les dossiers, et quasiment me le reprocher, prévenez-les plutôt qu’il faut mettre à jour le site de leur ministère de tutelle.

Après quelques échanges aimables, et un renvoi à la semaine suivante, je passe à la trésorerie qui, désolée, ne pourra reprendre mes 3€ de TF en trop, et ne peut rien faire pour remonter l’information. Je pense tout de même qu’ils avertiront les prochaines personnes dans mon cas.

L’affaire n’est pas finie. Je reviens donc 10 jours plus tard avec mes timbres, mes empreintes digitales au bout des doigts, ma CI, ma, photo etc. Et là, interdiction formelle de mettre les 89€ de timbres car c’est 86, pas 89. J’ai beau dire que je m’en fiche, que je veux juste mon passeport, rien n’y fait. Allez échanger vos timbres, sinon la préfecture va nous renvoyer votre dossier, regardez là les dossiers qui nous reviennent. J’explique que la trésorerie n’a pas voulu le faire la semaine dernière. Pas de problème, le bar-tabac en face est là pour ça. Ah bon.

Je vais au bar-tabac. J’ai deux timbres à 30, deux à 10, un à 8 et un à 1. Je viens avec mon 8 et mon 1, espérant faire la monnaie fiscale. Pas de pot, il n’existe pas de timbres à 3, et, il y a rupture de stock dans toute la France (me dit la bonne dame) pour les 1 et les 2. D’ailleurs, elle regarde mon 1 avec grand intérêt. Hop hop hop, je retourne chercher tous mes timbres, car comme elle a des 8, on va s’en sortir. Oui, 8+8 = 16, et donc avec 30+30+10+8+8 on est bon. L’échange se fait, j’ai l’impression d’être un conspirateur en train de vendre des images de joueurs de foot sous le manteau à la récré.

Bref, j’ai fini par déposé mon dossier.

Mais j’ai failli avoir une attaque, quand de retour pour la 4e fois à la mairie, l’agent en face de moi me dit soudainement : « vous n’avez que 76€ de timbres, c’est 86 ». Je venais de tout lui donner. Il y avait les deux 30 déjà collés, le 10 à l’envers sur son bureau, le 8 dans sa main, et l’autre 8 posé sur l’humidificateur. Je lui fait remarquer que tous les timbres sont bien là, même s’il y en a un à l’envers, il n’a pas perdu sa valeur faciale, elle est juste passée au dos. Et là elle me fait : « oui, 30, +30, +10, +16 » (houlà, raccourci de calcul) « … ça fait 76 ». (les maths, ça rime, c’est comme ça qu’on calcule)

On a fini par s’entendre dans un grand éclat de rire, et j’étais finalement assez content que ce soit avec elle. Sa collègue qui s’était occupée de moi au tout début, et qui avait disparu pendant un de mes voyages au bar-tabac (« oui, elle a du s’absenter ») m’avait fait une impression bizarre. Pendant les  premières minutes de mon rendez-vous (je patientais derrière la ligne de confidentialité, mais les aiguilles avaient déjà franchi l’heure attribuée), elle avait passé plusieurs appels au CNFPT parce que son dossier de concours interne de je sais pas quoi avait du retard.

 

Posted in vie

Les commentaires sont fermés.